BIBLIOTHÈQUE

Retrouvez ici tous les textes envoyés par les écrivain.e.s qui ont répondu aux appels à textes.

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

Abad Montoliù Silvia

En el hogar de todo lo vivo/

Dans la maison des choses vivantes

Adeline Arenas

Beaucoup s'accordaient à dire que le sort qui avait frappé Hael au berceau était une terrible malédiction.

Anke Wool

Enterrées si profond les colères intérieures,

Sous la verrière
L'eau condensée se superpose au verre trouble

 

Andréa

Elle ne sait pas faire avec ces choses-là. 

Elle sait en rêver mais elle ne sait pas comment les faire naître dans l’opacité du réel. Elle en rêve dans le grand bain tiède du quotidien.

Barioz Violaine

Il y a tant de gens à aimer. 

Ce garçon sent la fleur de bleuet.

Cette jeune fille semble tendre comme une madeleine.

J'étais en voyage à Vienne en hiver, fin décembre, une envie depuis longtemps.

Dans les yeux de Marion se reflète la courbe des lèvres de Fanny

qui sourit à Frédéric, ébloui derrière ses lunettes, par le soleil de midi.

Brérot Béatrice

bronzé pubère mon corps chauffe au bord de la piscine

Charlet Prune

Je sais que c’est mal. Ma raison me crie de briser le silence, de changer de sujet ou juste de clore le débat.

Constant Claire-Solène

Depuis longtemps déjà leurs chaumes sont battues par les vents. 

Chalitzine

De toi
visuellement il ne me reste pas grand-chose
d’autre que
tes cheveux, ton œil gauche et quelques pores sur ton nez.

Coralie Morthel

Elle peine à définir son état d'esprit

Pailletée de la tête aux pieds, je m'en vais à la fête.

D'Antimo Marie

Tu es le temps qui prend les souvenirs

Debray Bénédicte

Je sens la chaleur qui passe à travers les murs de ma chambre du 322 ème étage. La même qui me qui me fait cuire dans la journée, comme dans un four à la taille d’une mégalopole martienne.

Desvaquet Romane

Je connais bien les oiseaux rares. Quand ils chantent l'heure vient.

Enji

Je crois que j’ai peur, 

Une trouillarde de la vie.

Seulement 15 min sont passées , 

Je suis toujours là à attendre. Plantée au même endroit.

Feugère Marion

J’ai longtemps cru que je ne pouvais me rencontrer sexuellement qu’à travers le sexe d’un homme

Ça fait déjà quelques jours que je ne pense qu’à une chose : m’épiler les jambes.

Ma Sœur,
Tu n’as pas besoin d’être parfaite

Gourjon Audrey

sous ton haut se détache de toi le silence que tu assois

Géraldine Opsahl

J’entends ta voix, ton appel

J’entends ton souffle

Plus de vibration, plus de souffle

Jeanne Neaj

J'ai l'impression d'être un gros nuage noir

Lacô

Viscère 

serre moi

Lola S. 

Il y a des mots imprononçables

Leur sens est comme toute entier dans leur silence

Et à la lisière des lèvres, leur contenu s’évapore

Laëtitia

Il est là derrière moi,

Je le sens, je l'entends, je le vois

Il y a en moi un gouffre qui me ronge

J'ai rêvé que je rêvais.
Que je rêvais ta bouche

Malen Claire

Le soleil n’est pas serein, un hélicoptère traverse le miroir bleu
Les voix ne chantent plus, elles crient et suffoquent,
et leur écho diminue comme un mirage sonore.

Morigeon Blanche

Quelque chose cloche 

Migné Malvina

Je connais bien les oiseaux rares. Quand ils chantent l'heure vient.

Matine

Que reste-t-il, quand le visage a disparu ?

Cinq syllabes.

Cinq bobines.

Bis-tan-cla-que-pan

N'Core Thalie

Tous ces leurs. Ces douleurs. Roulée. 

PierNo

Sauvage nuit, y aller short serré

            siphonné des pupilles...

Repas de famille,

         olives, carottes et aubergine

Réa Delphine

Par la fenêtre entrouverte, il apercevait les jardins du musée d’histoire naturelle...

selma

t'arracher de ma peau

arracher nos agrafes...

Salwa

Je fais de la pole dance. Oui, j'aime prendre la pose jambes ouvertes sur la barre.

J'arrive à toutes les chevilles / Cette mer émeraude de ton cœur / Emacier ton visage
 

Segonds Mathilde

Je voulais

Des nuits sans fin

STO

Je te donne rendez-vous dans mon estomac

pour être sûre de te manger

Sora

Il était environ trois heures du matin.

Sophie Vanessa

Les flux et les fluides emportent la peine

Chaque cycle renouvelle

Le corps qui chancelle

Bijou Carole

J et J1 sont assis sur l’herbe dans un parc 

J - Tu me sembles joyeuse

J1 - Je le suis. Complètement

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now